La technique  Le matériel de Ping
     Physique & Mental
       La motivation
         L'entrainement
           La concentration
             Arbitrage
               La Tactique
                 La confiance en soi
                   La combativité
                     L'alimentation
                      Vous êtes ici: Accueil du site > Formation au tennis de table > Combativité


                      La combativité en tennis de table

                      En règle générale, nous consacrons beaucoup de temps à travailler et répéter la technique gestuelle mais trop peu pour le jeu et la compréhension de celui-ci.

                      Dans le même esprit, lors des entraînements, l’adversaire est encore trop souvent considéré comme un partenaire, retardant de fait, la notion de duel.

                      L’entraînement Ping Pong plaisir


                      A l’entrainement, quand on tape des balles avec un copain, on ne pense pas forcément à la compétition. Le joueur en face reste avant tout un partenaire avec lequel on va avoir un échange courtois, comme à l’image d’une conversation.


                      L’objectif peut être seulement de se défouler de transpirer ou de bouger. On peut chercher le beau coup, la bonne sensation, à jouer ou à faire jouer son partenaire. Généralement on choisit son partenaire pour les affinités que l’on va avoir avec lui au niveau du jeu. Par exemple choisir un top-spineur si on aime le jeu en bloc ou en contre attaque.

                      On va réunir tous les ingrédients pour passer un agréable moment et cet objectif a toutes les chances d’être atteint. Impossible, dans ces conditions, d’être crispé et de retrouver le stress de la compétition puisqu’on joue pour le plaisir et que le résultat n’a pas beaucoup d’intérêt.

                      Le match de Ping Pong

                      Le match officiel prend place dans une toute autre réalité. Tout d’abord, on ne choisit pas son partenaire qui d’ailleurs n’est plus un partenaire, mais un adversaire. On ne choisit pas non plus les conditions dans lesquelles vont se dérouler le match ; petite ou grande salle, mauvais éclairage, sol rapide ou lent…

                      Dans un match officiel, la moindre action de l’un ou l’autre joueur aura une conséquence sur le score, le résultat du match et sur le fameux classement. Il est amusant de noter que les joueurs jouent différemment selon que l’adversaire soit mieux ou moins bien classé.

                      L’adversaire peut jouer d’une manière totalement opposée de celle de nos partenaires d’entrainement habituels. Il peut, sciemment, utiliser des trajectoires de balle que l’on déteste.

                      L’objectif de l’adversaire est le même que le nôtre : gagner la partie. Pour ce faire, il va chercher à gagner des points, mais aussi à provoquer la faute adverse. A l’inverse du partenaire qui va pouvoir nous offrir des belles balles afin que l’on puisse pleinement se faire plaisir avec « un beau coup », l’adversaire va jouer les balles que l’on va mal contrôler, qui vont nous demander des efforts inhabituels ou qui vont perturber nos schémas de jeu. L’adversaire va chercher en premier lieu à nous neutraliser, puis à exploiter ses points forts.


                      Cultiver le côté malin et combatif

                      Dans une compétition officielle, le cerveau est en état de vigilance. Il cherche à analyser le joueur d’en face, il compte les fautes, cherche des liens entre nos décisions tactiques et les fautes adverses. Nous sommes perpétuellement à la recherche de la bonne stratégie, d’un plan de jeu cohérent.

                      Pour travailler le côté malin il faut faire preuve d'intelligence de jeu, ou des sens de jeu pour les plus jeunes. Il est impératif de découvrir rapidement l’opposition en même temps que d’apprendre la technique. Dans tous les cas, le joueur (avec l’aide de l’entraineur) veillera à éliminer les gestes ou actions parasites sur la balle. Le joueur devra rapidement réfléchir à comment pouvoir poser des problèmes à l'adversaire et à résoudre les problèmes posés par l'adversaire, c’est l’adaptation.

                      Pour entrainer son côté combatif, il faut déjà « jouer toutes les balles », de cette façon le joueur va apprendre progressivement à se battre sur toutes les balles avec la même concentration et la même détermination.

                      L’exemple le plus fréquent et dommageable pour la progression du joueur en tennis de table, c’est que lorsque le placement de balle sort d’une consigne donnée par l’entraîneur, le joueur arrête de jouer le point. Ce type de comportement est à éviter absolument.

                      Le tennis de table est un sport de duel par excellence, pour cela, à l’entrainement le joueur doit par lui-même se mettre le plus souvent possible en situation ou le partenaire devient un adversaire et jouer tous les points. De cette façon, le joueur apprendra par le jeu réel, et le jeu amène le goût de l'effort, mais va également aider plus rapidement à appréhender les situations stressantes...

                      Auteur Michel Delon, entraineur au CTT le Locle

                      A voir également :


                      Vivez votre passion à fond avec le CTT du Locle !

                      Retour à l'accueil

















                             

                      COPYRIGHT © 2017 ctt-le-locle.com